La bourse du carbone

Trois chercheurs de l’Université du Québec à Chicoutimi souhaitent se servir des territoires non productifs de la forêt boréale pour reboiser et surtout pour mesurer avec certitude la quantité de CO2 séquestrée par l’épinette noire lors de sa croissance. Leur but ultime de leur projet, Carbone Boréal, est d’utiliser la forêt boréale comme un gigantesque puits de carbone capable d’absorber le CO2 et mettre ainsi à la disposition de l’humanité une autre façon de combattre les changements climatiques. Un exemple de rigueur scientifique pour une future bourse du carbone au Canada.