HISTOIRE DES SAGE-FEMMES

Sages-Femmes-1761

HISTOIRE DES SAGE-FEMMES

Bonjour, il faut savoir que dans les petits villages sous l’ancien régime, la sage-femme était embauchée et rémunérée par la paroisse. Ses notions médicales étaient très limitées, ce qui intéressait en priorité le curé c’était qu’elle sache réciter correctement les formules lorsqu’elle devait réaliser un ondoiement au domicile pour que le baptême soit valide.

 

Ainsi si l’enfant mourrait son âme n’irait pas errer dans les “limbes” (Selon les croyances de l’époque). Ca permettait de procurer un emploi à des veuves considérées comme de bonnes catholiques et dotées de moeurs agréées par le curé.

Ca n’empêche qu’on trouve dans les registres des sages-femmes qui paniquent face à une naissance multiple compliquée et font n’importe quoi lors de l’ondoiement (Saint-Pompain, 1714), et d’autres qui ne se souviennent apparemment pas trop du rituel ce qui oblige le curé à procéder dare-dare aux compléments de baptême (Les Groseillers, 1778).

La première personne a avoir donné des notions d’obstétrique et des connaissances médicales  aux sages-femmes de province était Mme du Coudray, dans les années 1760 grâce à un mannequin démontable de son invention. A St Pardoux en mai 1767, le curé procéda à l’examen de 3 sages-femmes dont l’une était une élève de Mme du Coudray. Mais là elle avaient aussi passé un vrai examen professionnel devant un jury de chirurgiens.

 

 

 

Leave a Reply