2 ans déja ! et tu demeure dans notre coeur et nos pensées…

 

2 ans déja ! et tu demeure dans notre coeur et nos pensées…

Mon ami et mon frère Gilles Arbour

Famille-Arbour.com rend hommage à un frère qui nous a quitté trop tôt le 24 décembre 2007. Son souvenir est présent dans notre tête. Nous manquons sa grande générosité et son amour inconditionnel pour Huguette son épouse et ses enfants et petits enfants.

 


900-27-arbourgillescartemortuaire2007900-28-arbourgillescartemortuaire-2-2007900-30-ArbourGilles-Huguette900-73-P1000477900-71-P1000469900-63-IMG_1771900-52-BaptemeCarlArbour900-22-ArbourFernandGilles-PecheAbitibi-Anne-1992900-19-ArbourFamille-10-2006900-4-arbouirgillesrene2007 

 

Tu  étais aussi mon ami…

 Un jour, l’époux d’une dame meurt, et en ce matin clair et froid, dans la chaleur de leur chambre à coucher, la femme est frappée soudainement par la douleur d’apprendre que parfois, il n’y a plus de “tantôt”…
 
Plus de caresses, plus de moments spéciaux à célébrer ensemble, plus d’appels téléphoniques “juste pour jaser”, plus de “attends une minute”… Des fois, tout ce qui nous tient à cœur est complètement utilisé …il n’y en a plus, on ne pourra jamais revenir en arrière pour que l’on puisse dire “bye, Je t’aime”.
 
Donc, pendant qu’on les a encore, on est mieux de les aimer, de les réparer quand ils sont brisés et de les aider à guérir quand ils sont malades. Ceci est vrai pour le mariage, les enfants avec de mauvais bulletins, les parents et grands-parents qui vieillissent trop vites, nos animaux de compagnie, nos amis, la vieille bagnole, la maison.
 
Nous les gardons dans notre vie parce qu’ils sont importants pour nous et qu’ils en valent la peine.
 
Quelque fois on garde l’amour et l’amitié. Tel que les meilleur(e)s ami(es) qui déménagent au loin, ou encore, une belle-sœur après un divorce. Ce sont des choses qui continuent de nous rendre heureux.
 
La vie est importante, tout comme les gens que nous connaissons, des gens si précieux, que nous gardons près de nous.
 
J’ai reçu ceci de quelqu’un qui a jugé qu’elle voulait “me garder”.

Suppose qu’un matin,… tu ne te réveilles plus … est-ce que tes ami(e)s savent combien tu les aimes ?
 
Je pensais justement … je pourrais mourir aujourd’hui, demain ou la semaine prochaine. Et je me demandais, si j’avais des blessures à guérir, des amitiés à reprendre ou juste deux mots à dire (Je t’aime).
 
Laisse savoir à tes ami(e)s que tu les aimes. Même si tu crois, que peut-être, eux ne t’aiment pas, tu resterais surpris du pouvoir de ces deux petits mots, accompagnés d’un sourire.
 
Et OKAZOU je n’y suis plus, là demain …. Je t’aime et tu comptes pour moi.
Vis à plein «« aujourd’hui »» car demain ne nous est pas promis !

(Auteur inconnu)

 

Leave a Reply