Significations de prénoms – Partie 1

Prénoms de langue française…


– Amande :
Amande naît avec le calendrier révolutionnaire. Il est donné au mieux à cinq à six filles par an du début du XIXe siècle à 1950. Il réapparaît en 1976, mais reste rare, attribué à 3 fillettes en moyenne tous les deux ans.

– Cerise :
Disparu avec le calendrier révolutionnaire, ce prénom juteux est réapparu dans les années 1980. Depuis 1990, il nomme une quinzaine de petites filles par an.

– Myrtil, Myrtile ou Myrtille :
La myrtille est une variété d’airelle. Présent dans le calendrier révolutionnaire (sous l’orthographe Myrtil), le prénom Myrtille revient en 1905. Depuis les années 1970, il est attribué à 20 petites filles par an. On trouve quelques Myrtile, une orthographe erronée. Pour les petits garçons, Myrtil est donné à quelques rares bébés jusqu’en 1956, date de sa dernière attribution.

– Olive :
Si le fruit de l’olivier est attesté comme prénom (rare) tout au long du XIXème siècle puis dans la première moitié du XXème siècle, c’est parce qu’il est la traduction féminine du très populaire et très ancien prénom Olivier. Il existe d’ailleurs deux saintes martyres de ce nom : Olive de Brescia, fêtée le 5 mars, et Olive la Tunisienne, le 10 juin. Un prénom que les histoires drôles des années 1940 sur les fadas Marius et Olive ont contribué à éteindre, ainsi sans doute que les bandes dessinées et dessins animés d’alors sur le marin Popeye et la grande Olive qui l’accompagnait. Au moment où s’éteignait Olive, Olivia prenait son essor et désigne désormais, depuis les années 1980, 800 petites filles par an en moyenne. Sa cousine Olivette a fait une apparition (20 attributions par an) dans les années 1920-1930, lorsque les noms en –ette étaient à la mode.

– Pomme :
Ce prénom fruité, présent dans le calendrier révolutionnaire, est réapparu récemment, en 1979. Il reste rare, mais se maintient par intermittence avec trois à sept attributions par an.

– Prune :
Comme Pomme, Prune a surgi dans les années 1970, mais a connu un meilleur essor (une centaine de petites filles par an désormais).

Prénoms de langue arabe…


Dans le monde arabe, les noms de fruits étaient aussi tous féminins et fort rares. En termes d’attribution, ils étaient à l’inverse plus fréquents autrefois qu’aujourd’hui, où ils ont presque totalement disparus.
On peut évoquer :

– Budûr :
Ce prénom n’évoque pas un fruit en particulier mais sa maturité.

– Thamra :
Un prénom qui reste générique, désignant tout ce qui est « fruit ».

– Jullanär :
Ce joli prénom désigne la grenade.

– ‘Anba :
Ce prénom, féminin bien sûr, signifie « grain de raisin ».

Beaudry Antoine 1781-1839

 

Descendance de Antoine Beaudry (1781-1839)

La descendance de Antoine Beaudry (1781-1839)

Du début des registres à nos jours. Le 8 septembre 2009

Le premier ancêtre connu de la famille Antoine Beaudry est originaire L’Assomption, Lanaudière, Québec, Canada où naquit, en l’an 1781, Antoine Antoine Beaudry. Sa descendance est cognatique et se présente par ordre de primogéniture. Elle s’étend sur trois générations dans laquelle on dénombre 32 personnages répartis en 23 hommes et 10 femmes.

Continue reading “Beaudry Antoine 1781-1839”