Histoire de Proulx Jean 1646




Jean Proulx (1646) et Jacquette Fournier (1659)
Un des ancêtres des Proulx d’Amérique
 


Jean Prou,aujourd’hui Proulx, fils de Jean (d) et de Louise Vallée, de la paroisse de Notre-Dame de Nantilly, autrefois le coeur de la ville de Saumur, à mi-chemin entre Tours et Angers. C’est de ce coin de vignobles, 80% de la production vinicole angevine, de cette terre qui écoule ses eaux et ses routes vers l’Atlantique, qu’est parti pour la Nouvelle-France, Jean Prou.

Jean Prou,plus que bien d’autres eut une vie calme,pacifique et tenace:aucun fracas,aucune dispute.Son arrivée au pays se fit sans bruit. Personne n’a encore trouvé son contrat d’engagement. Son nom apparaît pour la première fois au recensement de 1667.Jean était au pays depuis l’été précédent,du moins avant la fermeture de la navigation. Que dit ce recensement?Jean était domestique chez Louis Couillard, sieur de l’Espinay,écuyer,seigneur de la Rivière du Sud. Louis Couillard semble demeurer à Québec, rue Notre-Dame. Dans sa maison vivent 5 enfants de 2 à 14ans,Geneviève Després,reine du foyer,2 domesti- ques portant le prénom de Jean. En effet, Jean Prou avait un compagnon de son âge,22 ans,Jean Mar-
chand,menuisier. Les serviteurs travaillaient ensemble pour le compte du seigneur. Ils accomplissent leur 36 mois d’engagement,selon la coutume de l’époque.

En 1669,Jean pouvait légalement,comme citoyen à part entière, mettre ses pieds dans la terre canadienne. Le 23 juin, en présence du notaire R. Becquet, à la maison de son maître et seigneur Louis Couillard, il écoutait attentivement la lecture de son contrat d’achat d’une terre à “la rivière à la Caille” aujourd’hui Montmagny ” trois arpents de terre consistante en haut bois,”c’était un défi à ses bras et à son courage. De plus, chaque année au premier d’octobre, Jean devait payer à Couillard 1 sol de cens,3 chapons vivants et 9 livres en argent de rente,valeur de neuf jours d’ouvrage,un maximum à l’époque. Il acquerrait bien le droit de pêche sur le fleuve,devant sa propriété mais avec l’obligation de donner au seigneur”le dixième de tout poisson qui se péchera”.

Jean Prou prit sa hache et au bois il alla,déserta une pointe de terre, construisit une cabane. Deux ans plus tard,il possédait déjà un bien qui avait une certaine allure. Le 22 février 1671, Guillaume Fournier de la Rivière St Charles à Québec lui offrit 150 livres pour sa propriété dont 30 en argent comptant. Jean s’empressa d’accepter l’offre devant le notaire Becquet et se chercha de l’ouvrage un peu plus rémunérateur aux alentours de la capitale.

L’année suivante,nous retrouvons Jean Prou”travaillant demeurant en cette ville ” de Québec. Noël Morin,époux d’Hélène Des portes devint seigneur de St Luc à Montmagny,le 15 novembre 1663. Jean Prou,le 22 août 1672,accepte de Noël Morin une concession en tout point semblable à sa première mais à des conditions un peu moins onéreuses. Jean avait le droit de pêche mais il devait avoir ” quatre arpents de bois abattu et débité…avant la fin de l’hiver prochain et d’y tenir feu et lieu”(Rageot).C’est sur cette propriété que Jean Prou installa ses pénates pour toujours,dans le fief St-Luc,en bordure de la seigneurie de Louis Couillard.

Depuis quelque temps,Jean fréquentait Jacquette Fournier,fille de Guillaume,habitant de la Rivière du Sud,aujourd’hui St-François. Jean lui-même dans son contrat de mariage se dit “habitant”du
même lieu. Peut-être travaillait-il pour le compte de son futur beau-père ? A Québec, le 2 juin 1673,devant Becquet, notaire,les parents et amis de sa belle: Noël Morin,Hazeur et Denys Belleperche,Jean promettait d’épouser Jacquette ce qui fut fait trois jours plus tard,à l’église Notre-Dame de Québec,devant l’abbé
Louis Ango. Témoins qui ont signé: Guillaume Fournier, Gilles Rageot et Pierre Soumande.

Jacquette Fournier née le 9 avril 1659, baptisée par François Lemercier, avait atteint ses 14 ans d’âge tandis que Jean en avait 29. Son parrain est Pierre Moret et sa marraine, Jacquette Viverent. Jacquette est dotée de 150 livres,d’un habit et de hardes.

Louis Couillard,le 24 juillet 1674,promet de s’acquitter d’une dette de 50 livres envers Jean Prou,qui sans doute avait travaillé pour le dit seigneur. Et,l’année suivante,3 août 1675, Jean refile le compte du pauvre Couillard,qui ne l’a pas encore payé, à Pierre Blanchet, son beau-frère. Blanchet avait fourni i” son Beaupré “
à Prou. S’agit-il d’un mât de chaloupe ou d’une chaloupe baptisée Beaupré ? Rien ne le précise.

Le 6 octobre 1676,il accepte une autre concession de Louis Couillard, seigneur de la Rivière du Sud,de “trois arpents de front…sur quarante de profondeur”,aux conditions habituelles du seigneur de Lespinay. Voisins:Pierre Joncas et Maurice Pasquier Jean devait aller vivre sur sa concession,sans plus de précision. L’année suivante,le 7 juillet 1678,Jean Prou,”habitant de la Rivière à la Caille(Rageot),s’associa à Alphonse Morin dit Valcour, fils du seigneur. Ensemble ils feraient leurs labeurs,leurs semailles et cultiveraient leurs terres. Chaque propriétaire fournira ses 2 boeufs et ses voitures etc…Valcour fera plus en prêtant sa charrue bien astiquée. Puis,aucune mention de Jean Prou dans les papiers civils officiels pendant vingt ans. Le 14 août 1701, Jean Prou tout fourbu se rend à Québec où l’attend M-Anne Fortin veuve de Jean Picard ” vivant marchand “. La veuve exige devant le notaire Chambalon que Jean honore ses comptes avant trop longtemps. Le débiteur Prou admet devoir 700 livres et 16 sols pour l’achat de différentes marchandises et promet payer. Pareille dette ne sera acquittée qu’après sa mort avec les biens de la succession. Jean,honnête et travaillant,malchanceux peut-être, n’avait certes pas la bosse des affaires.

Jean et Jacquette élevèrent 14 enfants: 7 filles et 7 garçons, tous nés et baptisés à Montmagny. L’aîné,mis au monde en avril 1676,reçut son prénom de son parrain Denys Belleperche. L’abbé Thomas Morel le baptisa à la Rivière du Sud,dit l’acte inscrit dans le registre Notre-Dame de Québec.  Catherine décéda le jour même de sa naissance. Denis,Jean-Baptiste,Pierre,Thomas,Joseph et Louis s’allièrent aux familles Gagné, Rousseau, Destroismaisons, Caron, Bouchard et Dufresne. Marie-Barbe, Louise, Marie-Anne Angélique, Marie et Françoise, née le 18 décembre 1701, connut à peine son père qui fut inhumé le 1 mars 1703,à St-Thomas par Rodolphe Dubus, prêtre. Jean n’avait que 59 ans mais se perpétuerait dans des descendants sans nombre jusqu’à nos jours.

Jacquette Fournier,”veuve de defunt Jean Proust vivant habitant demeurant à la pointe à la caille seigneurie saint Luc”,mit ordre à ses affaires. Elle vendit la moitié de sa ferme à Charles Gagnon,citoyen de la Côte de Beaupré,pour payer Marie-Anne Fortin, maintenant remariée à Etienne Mirambeau. Sur l’arpent
et demi de terre vendu,il y avait la maison et une portion de grange. Jacquette recommencerait sa vie avec bien peu de biens.

Il semble que la famille se soit transportée chez le fils Pierre, voisin de la propriété restante. Le 13 juillet 1722, Jacquette se donne à son fils Joseph, célibataire de 24 ans. Mais Pierre et Joseph se partageront chacun pour moitié les biens maternels. Sur la ferme,il y avait un cheval,un boeuf,une vache,25 poules,3 moutons et quelques biens meubles: 4 fusils, 3 faucilles, etc., ces derniers donnés à Joseph.

Jacquette Fournier vivra jusqu’à l’âge de 78 ans. Elle fut inhumée à Montmagny,le 23 janvier 1736,par Fornel. Denis Proulx, fils et Jean Marot assistèrent aux funérailles. Joseph, selon sa promesse écrite, s’empressa de faire dire 36 messes basses pour le repos de sa belle âme.

Telle est en abrégé la vie attachante, pour ne pas dire édifiante,de Jean Prou et de Jacquette Fournier.

Recensement 1681:Berthier ménage 10
Jean Prou 34 ans engagé volontaire
Jacquette Fournier 22 ans
Denis Prou 6 ans
Jean Prou 4 ans
Louise Prou 2 ans
Pierre Prou 4 mois

1 fusil,12 bêtes à cornes et 6 arpents en culture.

Greffes de notaire:

Contrat de mariage entre Pierre Proulx et Agathe Destroismaisons. Témoins de l’époux:Louis Couillard,seigneur de la Rivière-du-Sud, Sieur Jacques Couillard-Després, Jacquette Fournier sa mère, Françoise Hébert, sa grand-mère,Jean et Charles Fournier, oncles, Louis Fournier, oncle, Denis et Jean Proulx,frères, Pierre Gagné, beaufrère, Nicolas Valcour, ami.Témoins de l’épouse:Charles et Jacques Destroismaisons, frères.Contrat passé au presbytère de St-Thomas par l’abbé Charles Hazeur-Desaunay.(8 juin 1711)Abel Michon,notaire.

Inventaire des biens de Jacquette Fournier, veuve de Jean Proulx, par les estimateurs, Louis Côté, capitaine de milice et Jacques Couillard-Després. (23 avril 1714)Abel Michon notaire.

Cession de biens par Pierre Gagné et Louise Proulx son épouse, et par Louis Isabelle et Barbe Proulx,son épouse,à Jean-Baptiste Proulx.(15 novembre 1715)Abel Michon,notaire.

Vente de terrain par Thomas Proulx et Catherine Caron sa femme, à Charles Bernier du Cap St-Ignace.Ce terrain venait de la succession de défunt Jacques Bernier,grand-père de la dite Caron. (10 juin 1716) Abel Michon, notaire.

Concession de terrain par le seigneur Jean-Baptiste Couillard, à Denis Proulx.(15 août 1716) Abel Michon, notaire.

Concession de terrain par le seigneur Jean-Baptiste Couillard, à Jacquette Fournier, veuve de Jean Proulx.(17 août 1716) Abel Michon, notaire.

Concession de terrain par le seigneur Jean-Baptiste Couillard, à Pierre Proulx.(17 août 1716) Abel Michon, notaire.

Concession de terrain par le seigneur Jean-Baptiste Couillard, à Thomas Proulx.(18 août 1716)Abel Michon, notaire.

Vente de terrain par Thomas Proulx et Catherine Caron sa femme, à François Guimont,fils de Claude.(22 août 1716) Abel Michon, notaire.

Vente de terrain par Pierre Gagné et Louise Proulx, sa femme et Louis Isabelle et Barbe Proulx, sa femme, à Anne Proulx soeur des deux épouses.(27 octobre 1716) Abel Michon, notaire.

Vente de terrain par Pierre Proulx et Agathe Destroismaisons, à Jacques Destroismaisons(Picard),frère d’Agathe.(6 avril 1717) Abel Michon, notaire.

Convention de Pierre Gagné et Louise Proulx,sa femme au sujet dela succession de défunt Jean Proulx (15 juillet 1717) Abel Michon, notaire.

Vente de terrain par Jacquette Fournier, veuve de Jean Proulx, à Charles Bélanger,du Château-Richer. (29 octobre 1717) Abel Michon, notaire.

Vente de biens par Thomas Proulx à Jean-Baptiste Proulx, son frère. (20 octobre 1720)Abel Michon, notaire.

Vente de biens par Pierre Proulx,à Joseph Proulx.(20 octobre 1720) Abel Michon, notaire.

Vente et échange de terrains entre Jean-Baptiste Proulx et Pierre Proulx,son frère. (20 octobre 1720)Abel Michon, notaire.

Donation faite par Jacquette Fournier,veuve de Jean Proulx, à ses héritiers.(13 juillet 1722) Abel Michon, notaire.

Échange de terrain entre Pierre Gagné, époux de défunte Louise Proulx, et Joseph Migneau et Anne Michaud,son épouse.(6 avril 1728) Abel Michon, notaire.

Échange de terrain entre Pierre Gagné,veuf de Louise Proulx, et Jean-Marie Gagné,son fils.(6 avril 1728)Abel Michon, notaire.

Contrat de mariage entre Joseph Proulx,fils de défunt Jean Proulx et de Jacquette Fournier,et Théodore (Dorothée) Bouchard fille de défunt Pierre Bouchard et de Anne Bourassa: cette dernière devenue l’épouse de Louis Bossé. Témoins de l’époux: sa mère, Denis, Jean-Baptiste, Pierre, Thomas, Louis et Anne-Francoise Proulx, frères et soeur, Ambroise Samson. Témoins de l’épouse: sa mère, Louis Bossé, beau-père, Jean Bouchard, Simon Fournier et Marthe Bouchard, oncle et tante, François Boucher, Joseph Morin,Pierre Bouchard et François Guimont.(20 février 1729) Abel Michon notaire.

Contrat de mariage entre Alexandre Gagné,fils de Jean Gagné et de Madeleine Langlois,et Françoise Proulx, fille de défunt Jean Proulx et de Jacquette Fournier. Témoins de l’époux: ses père et mère,Jean,Joseph et Marthe Gagné, frères et soeur, Joseph Fournier et Elisabeth Gagné, sa femme, oncle et tante, Jean Gagné et Anne
Fournier, sa femme, Thomas Gagné et Pierre Bouchard. Témoins de l’épouse: sa mère, Denis, Thomas, Louis et Joseph Proulx frères, Louis Fournier.(16 octobre 1729) Abel Michon, notaire.

Vente de terrain par Alexandre Gagné et Françoise Proulx, sa femme, à Joseph Proulx, frère de Françoise.(27 août 1731) Abel Michon, notaire.

Vente d’effets par Denis Proulx et Anne Gagné, sa femme à Jean Proulx, leur fils.(14 octobre 1731) Abel Michon, notaire.

Vente de terrain par Joseph Proulx et Théodore (Dorothée) Bouchard, sa femme et Pierre Gagné et Angélique Bouchard sa femme, à Jean Bouchard, frères des deux épouses.(6 janvier 1734) Abel Michon, notaire.

Désistement de leurs biens par Denis Proulx et Marie Gagné, sa femme, en faveur de tous leurs enfants.(24 juillet 1735) Abel Michon, notaire.

Contrat de mariage entre Joseph Proulx, veuf de Théodore Bouchard, et Angélique Laberge, fille de défunt Nicolas Laberge et d’Angélique Trudel. Témoins de l’époux: Denis et Pierre Proulx, frères. Témoins de l’épouse: sa mère et Barnabé Gagné, son beau-père, Laurent et Charles Michon,amis.(5 novembre 1736) Abel Michon, notaire.

Donation de biens par Pierre Gagné,veuf de Louise Proulx, à Jacques et Augustin Gagné,ses fils.(22 avril 1740) Abel Michon, notaire.

Acte par lequel Jean-Baptiste Proulx et Louise Rousseau reconnaissent qu’Antoine Dandurand dit Marcheterre s’est bien acquitté de la tâche de transporter leur maison de la Rivière-du-Sud jusque sur le bord du fleuve.(27 avril 1741) Abel Michon, notaire.

Entente entre les héritiers de défunte Louise Proulx épouse de Pierre Gagné.(24 juillet 1742) Abel Michon, notaire.

Inventaire des biens de Pierre Gagné,veuf de Louise Proulx. (24 juillet 1742) Abel Michon, notaire.

Vente de terrain par Denis Proulx et Anne Gagné,à leurs enfants. (23 mai 1745) Abel Michon, notaire.

Inventaire des biens de Thomas Proulx,veuf de Catherine Caron. (1octobre 1746) Abel Michon, notaire.
 

Source :Thérèse Fournier                           



Histoire de Prou Jean 1633



Proulx-Blazon2006 001

Jean Prou
Un des ancêtres des Proulx d’Amérique
 

Le patronyme Prou correspondrait à une variante de l’adjectif preux, mot qui signifiait vaillant.

Il y a eu plusieurs pionniers, ancêtres des Proulx, venus s’établir en Nouvelle-France mais celui que nous évoquerons ici est Jean Prou, né en 1633, baptisé le 13 novembre, originaire de la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Moutierneuf, à Poitiers, en France. Il était le fils de Nicolas et de Catherine Morgué.

Il s’embarque pour la Nouvelle-France vers 1670 et laisse derrière lui une épouse, Jeanne Chabot et deux enfants qu’il se propose probablement de faire venir une fois bien établi. En 1674, il confie à un certain Gilles Galipau des lettres destinées à son épouse car celui-ci doit passer par Poitiers. De retour, Galipau lui apporend le décès de Jeanne survenu le 7 août 1671 soit peu de temps après le départ de Jean.

En 1675, Jean s’établit dans la seigneurie de Dombourg (Neuville), voisin du couple Pinel. Ils ont une fille, Catherine, âgée de 18 ans qui s’était mariée en 1671 à Denis Masse décédé depuis. Jean épouse en secondes noces Catherine Pinel dite Lafrance le 2 novembre 1676 à Neuville.

Le couple eut treize enfants, tous nés à Neuville:

 

  • René, né le 7 août 1677, destin inconnu;
  • Catherine, née le 24 octobre 1678, mariée en 1700 à Jean-Baptiste Arbour, décédée le 4 avril 1760;
  • Jean-Baptiste, né le 22 décembre 1679, marié en 1713 à Geneviève Arbour, décédé le 18 septembre 1760;
  • Louise, née le 11 mars 1681, décédée le 19;
  • Élisabeth, née le 28 avril 1682, mariée en 1705 à Jean Bossu dit Lyonnais, décédée le 30 mai 1762 à Varennes;
  • Marie Anne, née le 26 août 1684, décédée le 16 décembre 1737;
  • François, né le 24 mars 1686, marié en 1713 à Thérèse Faucher, décédé le 3 décembre 1749;
  • Marie Madeleine, née le 23 août 1688, mariée en 1711 à François Augustin Arbour (le frère de Jean-Baptiste et de Geneviève);
  • Thérèse, née le 16 août 1690, mariée en 1711 à André Daigle dit L’Allemand, décédée le 24 octobre 1758 à St-Antoine-de-Tilly;
  • Claude, né le 17 septembre 1692, marié à St-François-du-Lac en 1716 à Marie Anne Bibeau, décédé en février 1736 à Champlain;
  • Alexis, né le 27 octobre 1694, marié à St-François-du-Lac en 1724 à Françoise Robidas, décédé le 29 avril 1757 à St-Augustin;
  • Joseph, né le 5 mars 1697, marié en 1726 à Thérèse Aide, décédé le 17 novembre 1756 à Québec;
  • Marie Félicité, née le 1er mars 1699, mariée en 1718 à Jean-Baptiste Brousseau, décédée le 25 mars 1759 à St-Augustin.

Au recensement de 1681, Jean et Catherine possède 3 bêtes à cornes et 10 arpents cultivés.

L’ancêtre décède à Neuville le 9 décembre 1703 alors que sa veuve lui survit jusqu’au 13 juin 1723.

 

Source: Le Centre de généalogie francophone d’Amérique(RB)