Indian Hystory – Histoire Indienne – USA

Auteurs

Patricia J. McLean and Duane Poncy Patricia J. McLean and Duane Poncy

Mon GGGGrandmother était Neugin Rebecca. Né Rebecca Tickaneesky, à l’âge de quatre ans, elle a monté les Trail of Tears du nord de la Géorgie en Oklahoma. En 1932, elle a été interviewée par l’historien Grant Foreman pour le WPA. Poncy-Duane
Sur la Piste des larmes

GazetteWebAfficheur-2009

Continuer à lire

Les Origines des Immigrants Français

L’origine des immigrants français

Les colons français, premiers Européens à être venus vivre au Canada ne sont pas tous originaires du Perche. Voici d’où viennent, et dans quelles proportions, les 3800 Français qui ont immigré entre 1608 et 1700 :

  • La Normandie a fourni 1 pionnier sur 5.
  • Le Poitou, l’Aunis et la Saintonge ont donné 1 pionnier sur 4.
  • Paris et l’Ile-de-France, 1 pionnier sur 7.
  • La Bretagne, un peu plus de 3 pionniers sur 100.
  • L’Anjou, 3 pionniers sur 100.
  • La Champagne, presque 3 pionniers sur 100.
  • La Picardie, un peu plus de 2 pionniers sur 100.

 

Entre 1700 et 1765, près de 5000 autres hommes, femmes et enfants originaires de France viennent s’établir au Canada. Ils partent de la plupart des autres provinces françaises. Très peu proviennent de la Bretagne et des régions baignées par la mer.

Les principales descendances

Nos ancêtres sont très hétérogènes en termes de descendance. Interviennent ici la période d’établissement en Nouvelle-France, le nombre d’enfants nés, la proportion de ceux qui atteignent l’âge adulte et qui se marient, etc. En matière de reproduction, le hasard est maître! Nous avons tiré de la base du PRDH la liste des immigrants qui comptent le plus grand nombre des descendants mariés avant 1800:

Nom de l’ancêtre + Nombre de descendants mariés avant 1800

  • Zacharie Cloutier 10 850
  • Jean Guyon 9 674
  • Marin Boucher 8 502
  • Jacques Archambault 8 445
  • Noël Langlois 7 847
  • Abraham Martin 7 765
  • Pierre Miville 6 552
  • Pierre Desportes 6 515
  • Jean Roussin 4 730
  • Louis Hébert 4 592

Cette liste ne contient pas certains noms fort répandus aujourd’hui, mais inclut certains autres qui sont peu fréquents. C’est que plusieurs ancêtres se sont reproduits abondamment, mais par leurs filles, qui ne transmettent pas leur nom de famille. Nous avons donc effectué une deuxième compilation, en ne retenant cette fois que les descendants “patronymiques” de l’ancêtre, c’est-à-dire les descendants par les mâles:

Nom de l’ancêtre + Nombre de descendants”patronymiques”mariés avant 1800

  • Jean Côté 567
  • Pierre Tremblay 564
  • Marin Boucher 482
  • Jean Dumais 481
  • Louis Houde 471
  • Jean Guyon 449
  • Jacques Archambault 423
  • Pierre Parent 418
  • Zacharie Cloutier 391
  • Guillaume Pelletier 389

posted by Denis Boucher @ 4:18 PM 

les premiers colons

une adresse intéressante à consulter : http://perso.orange.fr/alain.perron/quebechistoire3.htm
voir aussi:
LISTE D’IMMIGRANTS EN NOUVELLE-FRANCE
http://bsgenealogie.free.fr/immigrants1.htm

posted by Denis Boucher @ 4:15 PM 

La vie au XVe siècle

1. La plupart des gens se mariaient en juin, parce qu’ils avaient pris leur bain en mai et qu’ils sentaient encore bon. Cependant, la chaleur arrivant, ils commençaient à sentir, alors les mariées apportaient un bouquet de fleurs pour cacher l’odeur… d’où la coutume, pour la mariée, de porter un bouquet…
2. Les bains se prenaient dans un grand tonneau rempli d’eau chaude. L’homme de la maison avait le privilège de passer le premier, puis tous les autres fils et hommes; alors seulement après tous les mâles venaient les femmes et finalement les enfants, et le dernier de tous, le bébé. Mais comme l’eau était devenue très sale et qu’on pouvait perdre quelqu’un au fond, on lançait la phrase, avant de vider le tonneau: «Attention de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain…»
3. Les maisons avaient alors un toit de chaume; de la fine paille pilée l’une sur l’autre, sans bois souvent. Cela devenait la place favorite des petits animaux pour se tenir au chaud : chats, chiens, rats, souris et autres bestioles. Quand il pleuvait, l’endroit devenait glissant, et certains animaux tombaient; alors d’où vient l’expression anglaise : «it rains cats and dogs» (Expression employée lorsqu’il pleut averse). Comme on ne pouvait les empêcher de tomber dans les beaux draps, cela devenait un vrai problème. Alors on inventa le lit à baldaquin…
4. Le plancher se salissait facilement. Seuls les riches pouvaient se payer des produits pour enlever cette saleté; les pauvres furent donc vite traités de «sales pauvres».
5. Parfois ils réussissait à se procurer du porc; c’était un signe de richesse quand un homme pouvait apporter du bacon à la maison et l’expression est restée : «Bring home the bacon» (Rapporter le bacon (la paye) à la maison).
6. Les riches possédaient des plats en étain; mais les produits avec un grand taux d’acidité provoquaient l’empoisonnement; c’est pourquoi, pendant plus de 400 ans, les tomates ont été considérées comme poison…
7. Le pain était divisé selon le statut de chacun; les travailleurs avaient droit à la croûte souvent brûlée du dessous, la famille, la mie du milieu et les invités la croûte du dessus…
8. Les coupes pour la bière et le whisky étaient, souvent en étain aussi. Ils provoquaient des malaises et les gens se traînaient sur les routes et on les pensait souvent morts. Mais avant de les enterrer, on les amenait sur la table de la cuisine, et pendant ce temps, les autres buvaient et mangeaient jusqu’à ce que le malade se lève enfin ou décède, pour de vrai… d’où vient la coutume de «la veillée au corps»…
9. Souvent, comme les cimetières étaient vite remplis, on enterrait, plus tard, dans le même terrain. Mais plus d’une fois sur 25, on constatait que le « mort » précédent avait gratté et laissé des traces sur la pierre tombale. Ils réalisèrent donc que certains avaient donc été enterrés encore vivants…Alors, pour éviter pareille torture, ils décidèrent d’accrocher une corde au poignet du mort qu’ils laissaient ressortir en dehors et ils y accrochaient une cloche. Et quelqu’un devait veiller chaque nuit pour voir si la cloche ne sonnerait pas. Si oui, on disait qu’il avait été «sauvé par la cloche» …

Et tout ceci est la vérité… Maintenant, qui osera affirmer que l’histoire est ennuyeuse?

posted by Denis Boucher @ 3:43 PM  0 comments

Les maisons de Nouvelle-France

Les premières maisons construites en Nouvelle-France étaient en bois. Vers la fin du 17e siècle, le nombre de maisons de pierres des champs augmente et se répand à travers la colonie.La plupart des maisons familiales ont un ou deux étages et au moins une grande cheminée qui sert à chauffer la maison et à cuire les aliments.Les vitres – Le transport des vitres de grande taille n’étant pas encore possible, on apporte de France de petits carreaux de verre qu’on assemble pour construire les fenêtres à carreaux. Les gens qui n’en ont pas les moyens, se contentent de mettre du papier ciré ou huilé dans les carreaux. On ne voit pas à travers, mais ils laissent filtrer les lueurs du soleil.L’éclairage – Il fait sombre dans les maisons. On s’éclaire à la chandelle ou à l’huile de baleine, de phoque ou de marsouin.L’hygiène – Il n’y a pas de brosses à dents, ni de dentifrices à cette époque. Les gens perdent leurs dents très tôt. Il n’y a pas de baignoires. L’été, on se baigne dans le fleuve, les rivières, les lacs ou les ruisseaux. Les gens se lavent à la main avec de l’eau réchauffée dans la cheminée ou sur le poêle. Il n’y a pas de toilettes dans les maisons. On utilise des sceaux qu’on vide à côté de la maison. Quand il y en a, on utilise des toilettes aménagées à l’extérieur des maisons. Elles ne sont ni éclairées, ni chauffées et on n’y trouve pas de papier.Le chauffage – L’hiver, les maisons canadiennes sont très froides et le chauffage excessif dans la cheminée augmente les risques d’incendie qui sont très nombreux. Les premiers poêles de fonte seront importés de France à la fin du 17e siècle et seuls les plus riches pourront en acheter. Les jours de grand froid, les gens se rassemblent autour de l’âtre où même l’encre peut geler. C’est ce que raconte le père Paul Le Jeune, en 1633, deux ans avant l’arrivée de Pierre Boucher :
« Il m’est arrivé qu’en écrivant fort près d’un grand feu, mon encre gelait, et par nécessité il fallait mettre un réchaud plein de charbons ardents proche de mon écritoire, autrement j’eusse trouvé de la glace noire au lieu de l’encre (…) J’ai souvent trouvé de gros glaçons attachés le matin à ma couverture, formés du souffle de l’haleine; et m’oubliant de les ôter le matin, je les trouvais encore le soir. »
Les meubles – Même si on importe des meubles et que des ébénistes vont s’établir en Nouvelle-France, les pionniers du 17e siècle construisent leurs propres meubles. Ce sont principalement des lits, des armoires, des tables, des coffres, des bancs et des chaises.

posted by Denis Boucher @ 3:03 PM  0 comments

les métiers exercés par les pionniers

Les Français venus vivre en Nouvelle-France exercent les mêmes métiers qu’en France. Dès les débuts, ces pionniers sont recrutés en fonction des services qu’ils peuvent rendre à la colonie. On a donc, en premier, fait venir des bûcherons, des agriculteurs, des charpentiers, des menuisiers et des couvreurs. Ils venaient surtout des régions du centre de la France. C’est à eux qu’on a confié la tâche de couper les arbres, de défricher et de cultiver les terres, de tailler des planches, de construire des maisons et de poser des toits de bardeau ou d’ardoise.

À la même époque, on a fait venir des colons capables d’élever du bétail, surtout des boeufs et des vaches et des chirurgiens-barbiers qui gagnaient leur vie en soignant les malades et en faisant la barbe à leurs clients.

À mesure que la population et ses besoins augmentaient, sont venus les tailleurs de pierre, les maçons, les briquetiers, les taillandiers, les serruriers, les arquebusiers, les armuriers, les boulangers, les bouchers, les tailleurs d’habits, les sabotiers, les cordonniers, les sonneurs de trompette, les cabaretiers et d’autres.

Certains avaient un métier et un talent. C’est ainsi, par exemple, qu’il y a toujours eu des musiciens et des chanteurs en Nouvelle-France.

posted by Denis Boucher @ 6:18 AM  0 comments

les immigrants français

Previous Posts

Archives


 

 

Métiers en Nouvelle France 1700

Les métiers exercés par les pionniers

Les Français venus vivre en Nouvelle-France exercent les mêmes métiers qu’en France. Dès les débuts, ces pionniers sont recrutés en fonction des services qu’ils peuvent rendre à la colonie. On a donc, en premier, fait venir des bûcherons, des agriculteurs, des charpentiers, des menuisiers et des couvreurs. Ils venaient surtout des régions du centre de la France. C’est à eux qu’on a confié la tâche de couper les arbres, de défricher et de cultiver les terres, de tailler des planches, de construire des maisons et de poser des toits de bardeau ou d’ardoise.

 À la même époque, on a fait venir des colons capables d’élever du bétail, surtout des boeufs et des vaches et des chirurgiens-barbiers qui gagnaient leur vie en soignant les malades et en faisant la barbe à leurs clients.

À mesure que la population et ses besoins augmentaient, sont venus les tailleurs de pierre, les maçons, les briquetiers, les taillandiers, les serruriers, les arquebusiers, les armuriers, les boulangers, les bouchers, les tailleurs d’habits, les sabotiers, les cordonniers, les sonneurs de trompette, les cabaretiers et d’autres.

 Certains avaient un métier et un talent. C’est ainsi, par exemple, qu’il y a toujours eu des musiciens et des chanteurs en Nouvelle-France.