Un article de Jacques Brassard, ancien Ministre de la Justice péquiste, dans le Journal de Québec ce matin.27 mai 2012

Un article de Jacques Brassard, ancien Ministre de la Justice péquiste, dans le Journal de Québec ce matin.Il résume parfaitement la pensée de plusieurs, sur cette contestation qui prend des proportions qui inquiètent compte tenu de notre situation financière comme province.

Cliquez sur Continue Reading pour la suite

Clément Vincent

« Mauvais augure »

« Le Québec tout entier aura basculé dans une crise sociopolitique qui dure et perdure pour une raison somme toute… banale : une hausse modérée et justifiée des frais de scolarité sur cinq ans (ramenée à sept ans).

 

Cette crise, que l’on se plaît en certains milieux branchés à désigner pompeusement sous le vocable de « Printemps québécois », est révélatrice de l’état de la société québécoise au moment même où elle doit faire face à un sérieux effritement des fondations de l’état-providence, édifié au cours des 50 dernières années à des coûts dépassant largement nos moyens.

 

C’est ainsi que la fronde étudiante (mélange détonnant d’utopisme débridé, de vandalisme et d’intimidation) a pu compter sur l’appui de toutes les forces dites « progressistes », c’est-à-dire, essentiellement, l’ensemble des composantes de la gauche : les corporatismes syndicaux, un parti notable de la classe politique (PQ, Québec solidaire), la colonie artistique et une large proportion de l’intelligentsia (écrivains, universitaires, intellos).

 

L’AVANT-GARDE DES TROUPES

De sorte qu’on peut dire que les rebelles étudiants apparaissent de plus en plus comme l’avant-garde des troupes des bénéficiaires syndiqués du coûteux « modèle québécois » qui s’apprêtent à monter l’assaut de tout gouvernement qui osera entreprendre des réformes visant à rendre plus conformes à nos moyens des pièces majeures de l’état-providence.

La révolte étudiante, c’est la « bataille de Dieppe » précédant et préparant le « Grand Débarquement »!

 

Par ailleurs, ce que révèle cette crise, c’est l’état de déliquescence avancé de l’autorité à tous les niveaux de la société. Pour ce qui est de l’autorité parentale, on s’en doutait déjà. Mais ce qui inquiète au plus haut point, c’est la démission des autorités institutionnelles. Celles des universités et des cégeps se sont comportées dans ce foutoir comme des lopettes. Quant aux profs syndiqués, ce fut, de leur part, des prosternations obséquieuses et totalement irresponsables devant la « grandeur et la beauté » du combat révolutionnaire des étudiants. De plus, on a fait un « doigt d’honneur » aux tribunaux.

 

Tout cela est de très mauvais augure pour la suite des choses.

Si on a eu droit à tout ce tohu-bohu pour un trivial dégel des frais de scolarité, imaginez-vous ce qui va survenir lorsqu’un gouvernement courageux (est-ce un oxymore?) entreprendra une inévitable opération de reconfiguration de notre sacro-saint « modèle québécois »? Une guerre sociale? Une plongée dans l’anarchie? Une insurrection généralisée?

Vous voyez bien ce que je veux dire?

 

Évoquons quelques exemples.

LE GRAND BORDEL

Un gouvernement courageux met en oeuvre une nécessaire réforme en profondeur des services de garde pour en réduire les coûts exorbitants. Que se passe-t-il ? Le chaos social? Une immense pagaille dans tout le Québec?

 

Un gouvernement courageux met en branle une révision de l’assurance parentale pour la rendre moins « chromée ». Qu’advient-il? Une mutinerie universelle? Le Grand Bordel?

 

Un gouvernement courageux décide d’élargir la place du privé dans le système de santé. Quelle est la réaction? La « guerre nucléaire »?

Vous croyez que je suis pessimiste? Que j’exagère? Je ne crois pas.

 

Toutes les sociétés occidentales, vivant depuis des décennies au-dessus de leurs moyens et donc surendettées, sont dans l’obligation de donner à leurs États-providence une taille plus modeste. Certaines ont réussi (Allemagne, Suède), d’autres ont sombré dans le désordre et l’émeute (Grèce).

 

Chez nous, je crains que le chahut estudiantin ne préfigure bien des tourmentes et bien des tumultes lorsqu’apparaîtra un gouvernement courageux décidé d’agir. Nous aurons un gouvernement, ça c’est sûr, mais sera-t-il courageux? Un doute m’assaille! »

 

Leave a Reply